Patrick Blanchon

Retour à la liste

Ajouté le 16 sept. 2018

Alchimie des couleurs 2018



Mon travail est en relation étroite avec des mécanismes alchimiques que j'expérimente au travers de  ce "laboratoire" que représente la peinture.Depuis quelques temps je suis sorti du labor pour effectuer une incursion dans l'oratoire, par l'écrit je tente de revenir à l'image comme si, de ce point de vue, la revisitant j'en aiguise ma compréhension. Ma pratique plastique s'est longtemps effectuée en "aveugle" au gré de mes désirs, du temps que je pouvais donner , des moyens que je me permettais, des lieux aussi choisis surement pas par hasard souvent étroits, mal appropriés. Amoureux de la surprise, du hasard, me trompant beaucoup sur la notion d'originalité comme de nouveauté ,  je cherchais surtout  à tromper l'ennui de mes différentes vies de salarié. j'ai longtemps pris très grand soin de n'avoir aucune démarche artistique basée sur une thématique. Je ne pouvais me résoudre de sortir d'une case pour entrer dans une autre et cependant, c'est tout à fait ce qui m'est arrivé. Car la pratique plastique seule reste un outil et non le fondement de l'acte de peindre.
Mais je ne regrette rien de ce voyage, car j'ai appris. C'est peu à peu  que j'ai découvert que la toile pouvait réunir en elle toutes les chimères, le chant des sirènes que j'avais pensé vaincre par la ruse seule. Pour traquer l'invisible je cherchais des harmonies de couleurs, des déséquilibres censés produire l’équilibre, des fragments pour produire l'unité. 
 De façon bravache l'agilité brandit comme cette épée de bois et de poil , un pinceau, tapant sur la toile comme une espèce saugrenue de chaman hèle les esprits à l'aide de son tambour, il m'importait peu que  "mon art" fusse  figuratif ou abstrait ou bien parfois un "entre-deux". Je m'illusionnais sur la notion de victoire comme sur celle de réussir "un bon tableau".  Il n'y pas de bon tableau. Il n'y a que des objets neutres que l'on regarde et que l'on interprète avec une grille qui nous est propre mais qui ne serait être universelle.Nous projetons sur ces surfaces peintes nos émotions, nos désirs, nos espoirs et nos désespoirs d'une façon souvent encore romantique.Tant que le tableau seul est miroir pour celui qui le crée ou celui qui le regarde, l'errance continue pour chacun.Puis vient le temps, cet instant précis où un miroir se  brise et sans doute est-ce là seulement que naît le bon tableau.comme dans le bouddhisme on pourrait dire:" au début le tableau est le tableau , puis  le tableau n'est pas le tableau et enfin le  tableau est le tableau."Ces trois phases inévitables par lesquelles une existence approche l'indicible.
Ce que je retiens pour le moment c'est que débuter un tableau c'est une façon de poser une question à l'univers.Cependant si on  ne sait pas quelle question poser vraiment, si on ne l'a pas suffisamment mûrie, méditée: tout peut très vite partir à vau l'eau.
Cette  réponse peut se révéler immédiate, et parfois elle peut  prendre bien des détours pour se manifester.
 L’absence de réponse est souvent liée à l'absence de précision de la question.
  Et aussi pour l'observer cette  réponse s'adapte  au niveau de conscience de la personne qui la réclame... Ainsi, longtemps je me suis demandé pourquoi les réponses tardaient tant à venir, mais je ne me souciais pas vraiment de la profondeur ou de l'essence de mes questions. C'est comme aller chez le buraliste est dire je vais jouer au loto on verra bien si je gagne ..Mais, les réponses  ont toujours été données, parfois doucement, parfois en souriant, parfois en pleurant .. combien de fois ai je touché le " gros lot"...? En fait mille fois et ce de mille et unes façons cependant que mon attention mal orientée ne voulait jamais les retenir. Ainsi le temps que prend la réponse à être saisie ne dépend pas de l'univers. Il ne dépend que nous de l'écourter dans l'attention et l'intention et cela parfois peu prendre toute une vie.Cependant il est possible que si pendant une minute, le temps de comprendre et de voir on comprend et voit alors cette minute devient tellement précieuse, qu'elle gomme toutes ces milliards d'autres et qu'on se mette à sourire de bon coeur.
https://patrickblanchon.com https://www.instagram.com/patrick.bla... https://peinturechamanique.blog/blog/. https://www.facebook.com/patrickblanc... 

 


Créé avec Artmajeur